12/03/2006

pour la fermeture des centres de détention administrative dans l'UE

Giusto Catania plaide pour la fermeture des centres de détention administrative dans l'UE et se déclare choqué par ce qu'il a vu dans les centres de détention en France

« Il faut fermer toutes les structures de détention administrative pour les immigrés présents dans le territoire européen », a lancé mardi devant la presse le député européen Giusto Catania (GUE/NGL, italien). « Ces centres sont des lieux de violation des droits humains et des libertés individuelles, et ne dissuadent pas les entrées irrégulières, ni favorisent l'identification des migrants », a estimé M. Catania en présentant une publication sur les centres pour les immigrés de Lampedusa et Melilla - centres qu'il a eu l'occasion de visiter (voir EUROPE N°9057 et N°9089).

M. Catania s'est par ailleurs clairement prononcé contre certaines des dispositions incluses dans la proposition de directive du Commissaire Frattini de septembre 2005 qui prévoit notamment jusqu'à six mois de détention pour les immigrés irréguliers (EUROPE N° 9018). « Quelques jours sont nécessaires pour instruire un dossier, mais il n'y a aucune raison de faire de ces personnes des prisonniers », avait relevé le président de la commission des libertés publiques Jean-Marie Cavada juste après sa visite. « Voilà pourquoi nous voulons lancer une campagne européenne, qui implique la société civile, pour la fermeture de tous ces lieux », a insisté Giusto Catania pour qui les centres de détention administrative sont « une sorte de prison, même pire que ça ».

Outre la fermeture de tels centres, M. Catania propose de créer « un permis de séjour pour les immigrés qui cherchent un emploi » et d'utiliser des « lieux de transit où les immigrants ne resteraient que deux ou trois jours » avant d'être présentés à un service d'asile où leur demande pourra être traitée.
« L'Europe doit changer son approche sur l'immigration », a plaidé Luisa Morgantini (GUE/NGL, italienne), présidente de la commission Développement au PE. Selon elle, « les migrants ne doivent pas être les damnés de la terre: il faut être accueillants et en même temps augmenter les aides au développement des pays d'origine des migrants, en particulier pour éviter la fuite des cerveaux de l'Afrique ».

Pour le Portugais Miguel Portas (lui aussi membre du groupe GUE/NGL), le danger réside dans le fait que « l'opinion publique puisse être manipulée pour servir une politique d'immigration ignorant l'aspect humain de la question. Nous devons donc continuer à souligner le côté humanitaire du problème ».

Giusto Catania a expliqué qu'il s'était rendu le 20 février à Paris avec une délégation de la commission des libertés du Parlement européen, pour visiter deux centres de rétention administrative (CRA): Mesnil-Amelot près de Roissy (Seine-et-Marne) et le « dépôt » dans les sous-sols du Palais de justice de Paris. « Avant de voir ce centre, nous pensions que ce qu'on nous avait dit était impossible », a indiqué M. Catania qui s'est dit « choqué » par « le manque d'air » et l'ensemble des conditions de détention inimaginables, selon lui, dans un pays de l'UE.

Rejoignant les observations faites par le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Alvaro Gil-Robles, les parlementaires en visite sur place s'étaient félicités que la France ait « enfin » été décidé de fermer en juin prochain le dépôt. « Un centre équivalent à celui de Lampedusa, sauf qu'à Lampedusa il y a un peu plus de lumière », avaient résumé les parlementaires. Le ministre français de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, avait annoncé la fermeture de ce centre le 15 février juste après la publication du rapport de M. Gil Robles.
Les deputés se rendront fin mars à Malte pour poursuivre leurs réflexions et initiatives en matière de retour des immigrés.

Agence Europe | 07.03.06

12:55 Écrit par Clara People | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europe, ue, france, centres fermes |  Facebook |

Commentaires

aidez une maman sans papier je suis marier sa fait 1anet demi a la mairie de meaux , alort on a posé le desier demarche des papier alort j'ai reçu ocune reponce peut étre mon mari il n'a pas de nationalite ,sur tout avac la nessance de ma fille le cas est tres dure , j'envie de travailler pour aider mon mari ,et sa minteresse pas d'aller a mon payer car toute ma famille ici en france et impossible de revien dans une vie pouvre avec ma fille.
j'esper vos setien pour mois et ma fille .merci

Écrit par : saai | 25/05/2007

Les commentaires sont fermés.