12/03/2006

Un rapatriement tourne au vinaigre

La police escortait un Congolais expulsé.
Des passagers sont intervenus et ont été débarqués.
Incident ou grosse bavure? Il y a plainte.


Bobby Simme, 30 ans, est un Camerounais habitant l'Allemagne. Jeudi, il a embarqué, à Zaventem, à bord d'un avion de la SN Brussels Airlines sur un vol Bruxelles-Douala-Kinshasa. Il se rendait à l'enterrement de son père.

«Je me suis assis au fond de l'avion. Je lisais mon journal quand j'ai entendu une voix derrière moi qui demandait à pouvoir aller aux toilettes. Je me suis levé et j'ai vu un homme noir, menotté et encadré par deux policiers, en tenue civile, dont l'un, baraqué, avec une crête au centre du crâne, lui a mis une main devant la bouche et son poing dans le ventre.»

M. Simme dit avoir poliment demandé aux policiers de se montrer corrects avec leur «prisonnier» et avoir été brutalement éconduit. Selon lui, les demandes répétées du Congolais qui faisait l'objet d'un rapatriement forcé vers Kinshasa ont fini par éveiller l'attention de plusieurs autres passagers. Finalement, les policiers se sont laissé convaincre. De retour à sa place, l'homme «à la crête» aurait menacé les passagers avant que des renforts entrent dans l'avion.

«Alors que je conversais calmement avec l'un d'eux, j'ai vu deux passagers débarqués de force puis le policier menaçant a fondu sur moi, m'a saisi par le cou et, avec l'aide de plusieurs collègues, m'a transporté comme un sac de manioc vers la sortie de l'avion.»

Dans le couloir, M. Simme aurait été jeté à terre et frappé avant d'être menotté, emmené au commissariat de l'aéroport dans une fourgonnette, fouillé, enfermé dans une cellule puis libéré après avoir été copieusement insulté. Il n'a pu échanger son billet ayant, dit-il, été placé à vie sur une liste noire.

Un de ses compagnons d'infortune, Honoré Yondjouen, Belge d'origine camerounaise a appelé son avocat, Me Francis Buhendwa, qui a fait constater les blessures des deux hommes par le médecin de l'aéroport, auteur d'un certificat médical édifiant.

Si M. Yondjouen a pu rallier Douala vendredi à bord d'un vol d'Air France, M. Simme a dû, faute de moyens financiers, renoncer à ce voyage et à l'enterrement de son papa. Il a déposé plainte au Comité P puis s'est adressé au Centre pour l'égalité des chances avant de tenter de rejoindre l'Allemagne. Son avocat est bien décidé à ne pas en rester là.

La police fédérale a confirmé l'incident mais sa porte-parole indiquait que la police a renoncé à rapatrier le Congolais car il s'opposait à l'opération et a été contrainte de faire sortir de l'avion trois personnes surexcitées, dont l'une ivre, qui menaient grand tapage. Du côté de la SN Brussels Airlines, on signale qu'une enquête a été ouverte pendant le déroulement de laquelle le trio débarqué n'est plus autorisé à voler dans les avions de la compagnie.

J.-C.M.
La Libre Belgique | 10.03.2006

13:02 Écrit par Clara People | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, expulsions |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.