29/03/2006

« Ce n’est pas le moment »

PAROLE D’ UN SANS PAPIER DE L’EGLISE SAINT BONIFACE

« Ce n’est pas le moment »

Tous les membres du gouvernement que nous avons rencontré au moment de l’occupation de l’église, toutes les associations nous ont expliqué que ce n’était pas le moment de revendiquer une régularisation. Leur stratégie, leur programme est ceci ou cela, les rapports politiques ne sont pas favorables actuellement à une régularisation. Ils nous proposaient des actions pour 2007. Il faut attendre jusque là.

Et nous avons tenu bon

Ce n’est pas eux qui traversent la rue quand ils voient des policiers, ce n’est pas eux qui travaillent à 1 euro l’heure, ce n’est pas eux qui peuvent être arrêtés/enfermés/expulsés du jour au lendemain avec leurs enfants. Ils ont leurs voitures, leurs maisons, leurs enfants et ils dorment tranquille

Nous avons tenu bon pendant 5 mois dans l’église en plein hiver. Nous avons eu froid, nous avons abandonné notre travail, notre famille, car nous pensions que c’était " le moment ". Nous avons tenu bon grâce au soutien de nombreux belges. Nous avons entamé une grève de la faim vue la lenteur des réponses des autorités. Nous avons manifesté et avons rassemblé 10000 personnes dans la rue pour l’application de la proposition de la loi UDEP qui permettrait à tous d’être régularisés.

ET NOUS AVONS GAGNE : quasi tous les occupants de l’église (130) sont régularisés !!!!

Des milliers de sans papiers nous accompagnaient lors de la manifestation du 25 février en espérant une régularisation grâce à cette manifestation. Nous devons continuer à lutter avec eux, pour eux. Ils ont aussi droit à cette régularisation comme nous.

Une grande porte s’est ouverte pour tous les sans papiers de Belgique grâce à l’action de l’église et la mobilisation des sans papiers par l’UDEP depuis un an. La lutte est le seul moyen d’obtenir ce qu’on veut.
Le rapport de force est là. Des lois sur la réforme d’asile sont discutées, des nouveaux projets de loi pour la régularisation sont sur la table des politiques
Le seul moyen de lutter est de maintenir ce rapport de force, manifester, lutter, occuper, pour arracher ses papiers qui pourront nous permettre de vivre normalement, de nous intégrer, de travailler dignement et de ne plus être exploités

ET POURTANT CE N’ ETAIT PAS LE MOMENT

CONTINUONS LE COMBAT.

MANIFESTONS.

OCCUPONS DES EGLISES OU D’AUTRES ENDROITS STRATEGIQUES.

LA LUTTE CONTINUE .

C’ EST PLUS QUE LE MOMENT.

POUR LA REGULARISATION DE TOUS LES SANS PAPIERS.

13:49 Écrit par Clara People | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, bruxelles, occupation |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.