08/06/2006

"Sarkozy est en train de réglementer la chasse aux enfants"

Propos recueillis par Alexandra GUILLET TF1

Un simple "effet d'annonce", une manière déguisée de "mettre en place une réglementation pour encadrer la chasse aux enfants"... Richard Moyon, porte-parole du Réseau Education Sans Frontière, s'indigne sur LCI.fr de la proposition de Nicolas Sarkozy de ne régulariser que les enfants sans-papiers nés et scolarisés en France.

06 juin 2006 à 11h53

LCI.fr : Nicolas Sarkozy devrait proposer cet après-midi, devant le Sénat, la régularisation de 800 familles dont les enfants sont nés et scolarisés en France. Qu'en pensez-vous ?

Richard Moyon, porte-parole du Réseau Education sans Frontière (RESF)* : Le titre en Une du Figaro de ce matin, "Sarkozy renonce à expulser les élèves sans papiers" promettait beaucoup. Mais à y regarder de plus près, la "clémence" de Nicolas Sarkozy ne représenterait que 1 à 2 % des enfants concernés par l'expulsion. En effet, d'après les propres chiffres du ministère de l'intérieur, il y a en France 300 à 400 000 sans papiers, dont 50 000 familles. S'il y a 50 000 familles, il y a au minimum 50 000 enfants en situation irrégulière. Ce qui est énorme, puisque même notre réseau ne les estimait qu'à une dizaine de milliers.
Nicolas Sarkozy propose de ne régulariser que les 800 familles les plus intégrés, soit environ 1200 personnes. C'est une goutte d'eau, un simple effet d'annonce. Très loin de la réalité. Nicolas Sarkozy souhaite se refaire une virginité humanitaire. Mais pour un coup d'essai, ce n'est pas un coup de maître.


LCI.fr :
Pour ne pas être expulsable, les enfants devront être nés et scolarisés en France et ne pas parler la langue de leurs parents. Que pensez-vous de ces critères retenus par le ministère de l'Intérieur ?


R.M. : Monsieur Sarkozy s'apprêtait à ouvrir la chasse à l'enfant à partir du 30 juin sans aucune restriction. Là, il est en train de mettre en place quelques réglementations pour encadrer cette chasse. Autant les deux premiers critères, à savoir le lieu de naissance et la scolarisation, sont rigoureux. Autant le troisième critère, à savoir la perte de l'usage de la langue de ses parents, n'a pas de sens. Pire, il permet de laisser des marges d'appréciation aux préfectures dont on sait qu'elles ne sont pas particulièrement enclines à la bienveillance. Car ces préfectures sont déjà prises l'épée dans les reins à cause des objectifs chiffrés que leur inflige le ministre de l'intérieur pour les reconduites à la frontière. Cette année, l'objectif est de 25 000 expulsions. C'est 25% de plus que l'an dernier, 50% de plus qu'il y a deux ans.


LCI.fr : Quelles actions entendez-vous mener dans les prochaines semaines pour aider ces enfants étrangers qui sont scolarisés en France mais menacés d'expulsion à la fin du mois ?

R.M. : Avant le 30 juin, nous continuons notre mobilisation qui a déjà permis de faire faire ce petit pas en arrière à Nicolas Sarkozy. Et pour l'après 30 juin, date à laquelle les cours vont s'arrêter, nous avons lancer une pétition nationale "Nous les prenons sous notre toit !", qui a déjà recueilli 40 000 signatures. Cette pétition revendique la protection des enfants. Dans des dizaines d'écoles, partout en France, des familles et des professeurs se préoccupent en ce moment même de faire partir en vacances les élèves menacés d'expulsion. Des centaines, et même des milliers d'enfants vont ainsi être protégés par des citoyens français.
L'objectif est de mettre la police dans la situation d'avoir à faire des enquêtes longues et complexes pour les retrouver. Dit comme cela, cela rappelle de tristes pages de notre histoire. J'espère que cela évoquera quelque chose chez les fonctionnaires de police et qu'ils ne se laisseront pas donner n'importe quel ordre. Nous parlons d'enfants. Il ne faut pas laisser commettre ces infamies.

*Réseau Education sans frontière a été créé en juin 2004 pour venir en aide aux enfants étrangers scolarisés en France et menacés d'expulsion. Il regroupe essentiellement des parents et des professeurs.

15:21 Écrit par Clara People | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, ue, france, politique, expulsions |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.