11/08/2006

Manifestation au centre ferme 127bis

CE DIMANCHE 13 AOUT
Rassemblement à la gare de Nossegem à 11 heures

    CONFERENCE DE PRESSE à 12 heures
    devant le centre fermé 127bis,Jozef Goorislaan, 80 à 1820 Steenokkerzeel

    avec
  • Les Femmes en Noir COLFEN
  • la CRER (coordination contre les rafles les expulsions et pour la régularisation)
  • Kinderen Zonder Papieren et le VAK (Vluchtelingen Aktie Komite) Anvers / Gand
  • le CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers) Liege
  • la marraine de Awa Diallo
  • et d’autres qui ont envies de s’exprimer sur la politique d’immigration et les droits élémentaires bafoués par cette politique belge et Européenne

    Contact : Crer, Oscar : 0496 40 33 09 (fr), Eveline : 0473 62 87 33 (nl)


La tentative d‚expulsion de Mme Hawa ressemble étrangement à celle de Semira Adamu il y a 8 ans : l’Office des Etrangers y a mis tous les moyens lors de leur troisième tentative : coups, camisole de force, étranglement, en plus d’une séparation de son enfant de 18 mois,. (témoignage)

La Belgique s’aligne sur les directives européennes de lutte contre l’immigration « illégale » et la construction de l’Europe forteresse avec des brigades aux frontières et une aide financière (dite aide à la coopération) aux pays limitrophes.

C’est dans ce cadre que les sans papiers qui sont dans notre pays doivent coûte que coûte être renvoyés au mépris des conventions internationales et du respect des droits élémentaires.

Nous manifestons ce dimanche pour soutenir tous les sans papiers et leurs enfants enfermés et maltraités dans les centres fermés. Nous invitons Monsieur Claude Lelièvre à se joindre à nous en tant que Délégué général aux droits de l'enfant et à l'aide à la jeunesse afin d’interpeller les autorités sur l’enfermement , la maltraitance et l’expulsion d’enfants.

Nous disons
  • Non à l’europe forteresse
  • Pour la libre circulation et installation des personnes

  • 11:18 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, centres fermes, manif |  Facebook |

    Hawa Diallo hors du centre fermé

    Mardi 8 août au soir, Madame Diallo et sont fils ont été renvoyés du centre fermé127bis de Steenokerzeel.

    La voilà donc « libre » d’errer, clandestine, sans logement, sans revenus, sans autorisation de séjour, lâchée dans la nature avec bien sûr le risque d’un prochain contrôle-arrestation-enfermement-expulsion.

    Lâcher quelqu’un dans la nature sans autorisation de séjour n’est pas non plus une mesure digne de notre état de droit.

    Combien de femmes ont-elles fuit, comme Hawa Diallo, leur pays d'origine pour échapper à l'oppression des discriminations et violences sexuelles et vivent ici dans la clandestinité ?
    Discriminations et violences interdites en Belgique et pour certaines desquelles les femmes d'ici ont lutté.

    Combien de femmes vivent-elles dans la clandestinité parce que l’Office des Etrangers leur refuse le droit à l'asile politique ?
    Il s'agit pourtant de politique discriminatoire, légale ou tolérée, à l’encontre de la femme.

    11:14 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, centres fermes, expulsions, enfants |  Facebook |

    E — EMIGRANTS

    Je déteste le mot Immigrés.

    Je préfère Emigrants.

    Immigrés, c'est la migration vue du côté de celui qui voit arriver l'étranger.
    Emigrants, c'est la même chose vue du côté des principaux intéressés.
    Emigrants, c'est plus proche du vécu des gens, c'est plus déchirant.
    C'est plus dérangeant.
    Immigrés, cela devient simplement des gens qui viennent vous déranger.

    Immigrés, cela sonne comme immiscés, immergés emmerdants!
    Mais dans émigrant, j'entends exil, éloignement, évasion, envolée, espoir, échappée.

    Voilà pourquoi moi je préfère dire que je suis fille d'émigrants: ce mot fait honneur à mes parents, ce mot me remet toujours en mémoire cet effort qu'ils ont fait, cette décision difficile et douloureuse qu'ils ont prise en jour, comme des millions d'émigrants de par le monde, tout quitter, tout laisser, une maison un confort une famille des amis une vie bien réglée, ce mot me dit que l'émigration reste et restera d'abord une aventure, individuelle et familiale, pour tous ceux qui la vivent, et le mot aventure plaît à l'Occident qui lui colle des images d'explorateurs de jungle de danger mais émigrer c'est un million de fois plus difficile plus héroïque que trois jours sur une île Koh-Lanta ou qu'un Paris-Dakar.

    Dans la première moitié du XXe siècle, grande époque de migrations, mais migrations européennes essentiellement, on parlait d'émigrants. D'exilés. Jamais d'immigrés. Comme Blaise Cendrars dans son poème "Pâques à New York", ou Jacques Prévert avec "Etranges étrangers".

    Dans le Dictionnaire des synonymes de la langue française, Librairie Larousse 13 à 21 rue Montparnasse et 114 Bd Raspail (6¡), Copyright 1947, qui est l'un des nombreux livres que mon père a emportés avec lui dans nos deux successives émigrations, et que j'utilise aujourd'hui à mon tour, je trouve, au mot "Immigration", cette excellente définition, et ce conseil fort sage: "v. Emigration".

    On comprenait mieux l'émigration en France, en 1947, lendemain de guerres mondiales et de millions d'émigrations internationales, douloureuses et forcées comme le sont presque toujours toutes les émigrations, qu'aujourd'hui où on en parle tant et où on en prétend la traiter.

    "L'APPRENTISSAGE" de Nadia Khouri-Dagher

    11:12 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europe, migrations |  Facebook |