14/07/2006

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ÉMANANT DES PERSONNES ÉCROUÉES AU CENTRE FERMÉ DE VOTTEM (LIEGE)

Reçu par lettre à l’adresse du CRACPE, B.P. 165 Liège 2 4020. La lettre porte les cachets de la poste du 5/07/2006 pour la réception par la poste et du 10/07/2006 pour le dépôt dans la boîte postale.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
ÉMANANT DES PERSONNES ÉCROUÉES
AU CENTRE FERMÉ DE VOTTEM (LIEGE)

Nous, personnes détenues au Centre fermé de Vottem dans la région liégeoise, venons porter à la connaissance du peuple belge les conditions de notre détention. Nous sommes environ une centaine à Vottem à écrire et signer ce communiqué.

Nous n’avons commis aucun crime ni délit punissable par la justice belge: ni vol, ni agression sexuelle, ni assassinat des petits enfants, ni cambriolage, ni escroquerie, ni car ou home jacking.

Notre seul crime est d’avoir fui pour certains la guerre dans leurs pays ( Congo Kinshasa, Tchétchénie, Soudan, Somalie, Iran, Côte d’Ivoire, etc… ), pour d’autres des répressions policières et politiques ( Syrie, Iran, Turquie, Algérie, Maroc, Népal, Cameroun, Libéria, Sierra Léone, Guinée Conakry, Birmanie, Russie, Chine, etc… ), pour d’autres des mariages forcés (Maroc, Sénégal, Guinée, Syrie, Somalie, Turquie, Albanie, etc…), pour d’autres encore des persécutions religieuses ( Iran, Égypte, Syrie, etc… ).

Nous rappelons au peuple belge que lors des deux guerres mondiales, certains Belges se sont réfugiés en France, en Grande Bretagne, au Congo Kinshasa, etc… pour trouver asile ; nous croyons même que la radio belge sous la seconde guerre mondiale émettait à Kinshasa. Est-ce que les Belges étaient mis en prison, enfermés dans ces pays respectifs? Les Belges auraient-ils la mémoire courte ? Nous ne le pensons pas.

Ce qui nous choque c’est qu’il y ait des enfants mineurs de 0 à 17 ans enfermés dans les centres, qu’ont-ils fait pour mériter cela ?

Il y a quelques jours, entre le 26/06/2006 et le 28/06/06, l’aile "famille" où étaient détenues femmes, enfants et familles entières a été fermée et toutes ces personnes transférées à Bruges ou Merksplas, mais dans quelle condition ? Certaines femmes africaines noires essentiellement, avec enfants, ont été scotchées, emballées comme au temps de l’esclavage, à moitié nues, devant enfants et jetées dans des fourgons comme de la marchandise. Quelle menace représentaient ces pauvres femmes ?

Au Centre de Vottem, lorsque l’on est malade il fait attendre plusieurs jours pour être examiné par un médecin.

La loi belge dit que l’office des Étrangers peut garder en détention une personne en vue de son rapatriement entre 4 à 5 mois maximum, le temps de trouver soit des papiers nécessaires auprès de l’Ambassade et Consulat, soit de l’identifier. Mais à Vottem, comme dans tous les centres fermés de Belgique, l’office des Étrangers garde des personnes jusqu’à une année en détention. Est-ce cela la justice d’un pays démocratique qu’est la Belgique capitale de l’Union Européenne ?

Il y a des personnes à Vottem qui ont acheté leur propre billet d’avion, qui ont un passeport ou un titre de voyage valable, qui ne demandent qu’à rentrer dans leur pays de leur propre gré mais que l’office des Étrangers continue à garder en détention plusieurs mois. Est-ce normal ? Cette situation est inadmissible.

Il y a des personnes que la Chambre de Conseil du tribunal remet en liberté (Liège, Bruxelles, etc…) mais que l’Office des Étrangers garde en détention en interjetant appel à plusieurs reprises. Il n’y a donc pas de justice dans ce Pays pour les Étrangers ? A quoi servent alors les Tribunaux ? La chose jugée n’aurait-elle pas force de loi qui s’impose à tous y compris au Ministre ? Le Ministère de l’Intérieur et donc l’Office des Étrangers, seraient-ils au-dessus de lois belges ?

A l’aéroport de Zaventem, les personnes sont frappées, attachées avec des menottes comme des pires assassins des petits enfants, scotchées comme des saucissons, rouées de coups. A Vottem, il y en a plusieurs qui ont porté plainte contre l’office des Étrangers avec preuve des certificats médicaux fournis de surcroît par des médecins du Centre mais tout cela est étouffé. Nous dénonçons l’attitude de certaines Ambassades qui délivrent à tort des laissez-passer. Comment une Ambassade peut délivrer un laissez-passer à un candidat demandeur d’asile ? Ceci concerne particulièrement l’Ambassade de la RDC Kinshasa dont le Consul Kasongo vend des tenant lieu de passeports à l’office des Étrangers pour 250€. Il en est de même pour le Togo, la Guinée Conakry, le Maroc, le Cameroun.

Notre cri est que l’on nous traite comme des êtres humains à part entière ; nous reconnaissons que nous sommes pauvres et c’est pourquoi on nous traite ainsi. En effet, tous les dictateurs africains, moyen-orientaux, asiatiques, latino-américains, qui ont pillé leur pays, commis des crimes, et qui ont demandé l’asile politique en Belgique, aucun à notre connaissance ne se retrouve dans un centre fermé ? Ils continuent à couler des jours heureux dans leurs villas payées avec le sang du peuple. Cet argent, comme on dit n’a pas d’odeur, est placé en Belgique, crée des emplois et contribue à l’économie belge.

C’est inadmissible, nous appelons tous les Belges de bonne volonté comme ceux du Collectif de Résistance aux centres pour Étrangers à Liège (CRACPE), le Bureau de Consultation et de Défense de Liège qui a constitué une équipe d’avocats motivés pour la défense des Étrangers détenus à Vottem ainsi que tous les avocats belges qui ont manifesté devant l’Assemblée nationale pour défendre tous les sans-papiers, tous les sans droit en Belgique et à travers le Monde.

MERCI

Signatures des détenus
Suivent, 35 signatures.

15:02 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, centres fermes, expulsions, enfatns |  Facebook |