11/08/2006

Appel d'aide du 127 bis

Mardi 8 août 2006

J'ai reçu un appel de M. A. au centre fermé 127 bis.

Il m'a informé que les occupants d'Anderlecht au 127 bis sont maltraités, torturés et insultés systématiquement chaque jour.
Ils ne comprennent pas pourquoi l'administration leur réserve un tel traitement.
M. A. a été tabassé plusieurs fois, il a eu un coup dur sur sa tête et sa situation est très grave.
Pourtant l'administration refuse sa demande de voir un médecin.
Les occupants d'Anderlecht enfermés au 127 bis lance un appel d'aide aux citoyens et associations afin de leurs faire sortir de ce calvaire qu’ils vivent aujourd'hui.
Certains parmi eux (clandestins) ne savent pas si leur demande d'article 93 a été déposée ou non.

Les centres fermés deviennent le bagne des sans papiers en Belgique.
C'est la honte pour la démocratie et les Droits de l'Homme.

Abdeslam
UDEP

11:10 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, centres fermes, occupation |  Facebook |

10/07/2006

“la grève de faim n'est pas un chantage ''

Louvain - le lundi 10 juillet 2006

Les vingt personnes sans papiers qui occupent l’église Saint-Michel, Naamsestraat à Louvain, ont entamé hier une grève de la faim.
«Les militants perdent tout espoir. La grève de la faim est un acte de détresse. Les femmes et les enfants participent également à l’occupation dans l’église depuis début juin déjà”, dit Pol Van Camp, leur porte-parole.

Les militants veulent accentuer la pression politique avec cette étape. La commission des affaires intérieures a voté récent la nouvelle loi sur l'asile et la chance est grande que le parlement suivra l'exemple la semaine prochaine.

Les parlementaire n’ont pas d'oreilles pour les soupirs des militants'', dit Van Camp.

Plus de cent associations, liées au Fam, soutiennent l'exigence d’adapter la loi d'asile.''

Même une manifestation à Bruxelles avec des dizaines de milliers de manifestants n'a pas servi. Il est triste de constater que les politiciens se trouvent tellement loin des personnes qui habitent parfois depuis plus de cinq ans dans notre pays. Leurs enfants vont à l'école et les familles sont intégrées.

Les militants, essentiellement originaires du Népal, du Bhutan et du Tibet, soulignent que la grève de faim n'est pas un chantage pour arracher leurs exigences. Les conséquences éventuelles de la grève de faim sont portées par les militants mais sont aussi de la responsabilité des parlementaires. “Nous lançons un appel pressent aux politiciens pour qu’ils laissent parler leur raison et leur coeur. L’UDEP, l'union pour la défense des sans papiers, réclame des critères clairs et permanents pour les demandeurs d'asile'', précise Pol Van Camp.

(bmk)

18:55 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, louvain, greve, occupation |  Facebook |

l’Udep chez Simonet

Le vendredi 7 juillet 2006 à 14h, Le Bourgmestre Jacques Simonet reçoit une délégation de l'UDEP et le Curé Jan Claes à la maison communale d'Anderlecht.

 Le Bourgmestre Simonet a réaffirmé qu'il avait fermé l'église Ste….Immaculée pour des raisons de sécurité et de salubrité.
Il prétend que le curé aurait demandé que les sans papiers quittent l'église parce que la situation serait devenue ingérable en raison de violences, qu'il y aurait eu des plaintes des riverains, et qu'il y avait un gros problème de salubrité dans l'église.

 Malgré que le curé Jan Claes conteste avoir demandé son intervention ou celle de la police pour expulser les sans papiers, qu'il affirme que l'église était bien entretenue et nettoyée chaque jour, qu'il n'y a jamais eu de violences à l'intérieur de l'église. Que ses paroissiens comprenaient et soutenaient l'occupation, et enfin qu'il souhaite que les sans papiers puissent revenir occuper son église jusqu'au 21 juillet; malgré les nombreuses réactions de riverains choqués par l'arrestation et l'expulsion des sans papiers qui font circuler une pétition pour demander la réouverture de l'église aux sans papiers ; aucun dialogue n'a été possible.

    Le Bourgmestre Simonet a réaffirmé qu'il refusait toute occupation d'église par les sans-papiers sur le territoire de sa commune.
Il a confirmé qu'il avait, avant de donner instruction d'expulser de l'église et d'arrêter les sans papiers le 5 juillet à 6 heures de matin, pris contact avec l'Office des étrangers afin de vérifier qu'il y avait des places en centre fermé pour les « accueillir ».
Il a confirmé qu'il avait pris cette mesure sans même s'être jamais entretenu directement avec le curé de la situation, ni avoir rencontré le porte-parole des sans papiers, ni avoir mis un pied dans l'église pour vérifier lui-même la situation, ni même fait procéder à un constat d'insalubrité avant de faire procéder à l'évacuation de l'église.

 Il allègue en outre une série d'éléments fantaisistes visant à ternir la situation à son avantage et à discréditer les sans papiers et leurs soutiens.
Selon lui, le curé ment et instrumentalise les sans papiers (on se demande dans quel but ?), les avocats « font leur beurre » sur la misère des sans papiers (alors que les avocats de l'UDEP interviennent bénévolement), enfin il n'hésite pas à parler de trafic de drogue dans l'église (alors qu'il n'existe aucun élément laissant supposer des problèmes de ce genre).

 Il a reconnu qu'il avait fait erreur lorsqu'il a accusé l'UDEP d'avoir poussé les occupants de Saint-Gilles à faire la grève de la faim et a accepté de s'en excuser mais refuse de le faire publiquement.

 Par son attitude générale à l'égard des sans papiers qu'il n'a jamais daigné rencontrer depuis le début de l'occupation au mois d'avril, sa décision de les expulser en concertation avec l'Office des étrangers, les explications confuses qu'il donne et qui sont contredites par divers intervenants dont le curé et le voisinage direct, il se discrédite totalement et dévoile le véritable visage d'un Bourgmestre qui n'a aucun égard pour la détresse humaine.   

 Les délégués de l'UDEP présents étaient :
Ali Guissé, oumarou, Abdel Salam, Lawali kangou, le Curé jan Claes et le président de la Fabrique d'église.
Accompagné d'un des conseils juridiques de l'UDEP, Marie pierre Debuisseret.


 Guissé Ali
Coordinateur et porte parole de UDEP National
Gsm: 0498/ 33.07.48
udep.blogspirit.com

18:49 Écrit par Clara People dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, bruxelles, politique, occupation, expulsions |  Facebook |